SERMENT DE JOHN GALT

Je n'aime pas les boîtes noires. "Je jure, sur ma vie et l'amour que j'ai pour elle, de ne jamais vivre pour les autres, ni demander aux autres de vivre pour moi" JOHN GALT ("La GREVE" Ayn RAND)

Nous sommes sous monopole socialiste et la fin de l'histoire sera le choix entre désordre et délire. Mais c’est l’affaire de la gauche... et de la droite. Pour une fois, on ne pourra pas incriminer le libéralisme, qu'il soit néo, ultra ou autre chose, et le pouvoir hégémonique en France sera tenu pour seul responsable de la crise qui va venir et des mesures qu’elle appellera, bon gré mal gré.

Les libéraux doivent s'organiser pour constituer leur force en éclairant l’opinion publique. Celle-ci sera très vite désorientée par les initiatives du nouveau pouvoir, les promesses électorales envolées et les réalités économiques et sociales stupidement ignorées, révéleront au grand jour l'incompétence et l'impuissance de la politique à faire vivre durablement la Société.

La relance libérale sera alors devenue une nécessité lorsque les citoyens découvriront que l'horreur n'était pas ce qu'on leur présentait !!! Patrick AUBIN (juin 2012)

Rechercher dans ce blog

23 sept. 2012

Et une de plus!


L’actualité du mois, c’est l’inauguration de la deuxième salle de spectacle en moins de 5 ans. Chapeau ! Pour le Phare, en raison du fiasco acoustique, ne dites plus «salle de spectacle», mais «salle polyvalente»… dixit le Maire de Tournefeuille. Si de telles salles sont réellement en mesure de créer de la richesse, il est dommage de ne pas en mettre en chantier au moins une tous les ans. Ne soyons pas trop méchants, nos élus font de leur mieux pour rendre la vie de leurs concitoyens plus agréable… Le problème, c’est que plus ils s’occupent de nous, pire devient notre vie. N’avez-vous pas remarqué que ce que vous promettent nos élus, c’est avant tout de prendre sur votre argent ? N’avez-vous pas remarquez que souvent on vous annonce que la commune prend en charge des activités qui sont non rentables, et que ce serait donc normal de le faire avec l’argent public ? Mais si ce n’est pas rentable, c’est peut-être que personne n’en veut, non ? Et l’argent public pousserait-il sur les arbres ? Et non, il vient de notre poche par la coercition des impôts et des taxes !!! Et il semble parfaitement justifié pour nos élus d’utiliser l’argent de chacun d’entre nous pour faire des choses non rentables dont presque personne ne veut !!! Mais qui paye cette non-rentabilité ??? Se livreraient-ils à un véritable miracle économique par un tour de passe-passe ? Les élus se servant de l’argent des autres pour se rémunérer et pour le distribuer à des clientèles électorales. On ne peut que douter de l’existence de tels miracles… Ainsi, la culture serait-elle d’intérêt général pour que nos élus s’en emparent avec tant de d’énergie ?

La culture, fausse exception française (pourquoi donc notre peuple serait-il privilégié?), est une autre manière pour les élus d’entretenir la duperie sociale. Et oui, pendant que les plans sociaux s’accumulent, l’oligarchie régionale aura de plus en plus de mal à justifier les illusions de promesses inutiles et spoliatrices. Car ne nous leurrons pas, la culture n’est pas plus d’intérêt général que le logement social. Une association a un objectif social tout autant qu’une entreprise. Il n’existe aucune raison morale qui justifie de « voler légalement » les entreprises par les impôts et taxes pour alimenter en subventions les associations par le système politique ou de leur créer des locaux sans que celles-ci ne disposent des moyens par elles-mêmes. Si ce n’est pas rentable, c’est que cela n’intéresse pas assez de gens, donc de quel droit voler les autres ? La redistribution par les politiques est une méthode particulièrement arbitraire et même immorale… il suffit de regarder comment sont distribuées les subventions à Tournefeuille, voire de toutes les collectivités de France, pour s’en convaincre… Pourquoi ne pas arriver à un système de dons directement par les citoyens et les entreprises par des réductions d’impôts, s’il s’agit de motiver ceux qui ont les moyens d’agir en tant que « sponsors » ou « bienfaiteurs »… et surtout éliminer tout conflit d’intérêts politiques liés aux élus qui se donnent des pouvoirs de faire et défaire des associations et gérer des sommes sur lesquelles ils n’ont aucune légitimité. Est-ce bien cela que nous attendons de la politique ?

Ce que l’on voit, c’est que quelques associations bénéficient d’une bien belle salle plus qu’adaptée à leurs loisirs… Ce que l’on ne voit pas, c’est le détournement de toujours plus d’argent pour de la dépense publique superfétatoire … au détriment de ceux qui créent la richesse et les emplois. Et oui, la dépense publique laisse supposer que le politique est le « sponsor » ou le « bienfaiteur », alors qu’il se sert de l’argent pris aux contribuables pour tenter de se maintenir au pouvoir… Tout élu se sent investit d’une capacité à faire le bonheur des uns avec l’argent… des autres. Mais si c’était le cas, autant lui confier la totalité de nos revenus, sans aucun doute, il ferait notre bonheur. Non ? Vous n’êtes pas d’accord ? Alors pourquoi si vous n’êtes pas d’accord de lui donner la totalité de vos revenus, comment pouvez-vous être d’accord pour l’autoriser à utiliser une partie de votre argent à financer des choses non rentables et à l’utilité incertaine? Croyez-vous au miracle de la rentabilité en vous laissant dépouiller d’une partie des fruits de votre travail parce que vous ne vous estimez pas suffisamment responsable pour faire des dons ? Comment pouvez-vous imaginer que la bureaucratie qui s’établit pour soi-disant redistribuer votre argent dans la justice sociale puisse être plus efficace que vous à le redistribuer aux associations de votre choix ? C’est en effet un bien étrange constat que l’on peut faire : est-ce aux politiques de décider pour vous de ce que doit être la culture ? Que peut-on attendre d’une culture dirigée où ce sont les politiques qui décident d’attribuer les subventions aux associations ? Tout simplement d’avoir une flopée d’associations partisanes dont le seul objectif sera de couvrir le spectre associatif afin de remercier les élus de fournir les subsides sans lesquels ces pauvres associations ne pourraient pas exister… Bref un ensemble de parasites qui contribue largement aux plans sociaux observés… une fois de plus parce que la liberté de choix et la responsabilité individuelle sont bafouées par le dirigisme politique.

Une chose est sûre, c’est que lors de cette inauguration en grandes pompes, c’est encore une fois de plus le moutontribuable qui régalera… l’essaim des taons qui s’agitera et seul s’esbaudira ce jour-là devant cette réalisation…

NB : en rouge, le texte paru dans "Tournefeuille infos"